DECLARATION DE NIAMEY ADOPTEE PAR LA 19ème REUNION DU COMITE EXECUTIF DE L’UNION PARLEMENTAIRE DES ETATS MEMBRES DE L’OCI (UPCI)


NIAMEY- REPUBLIQUE DU NIGER,  6 ET 7 SHAWAL 1429 H 7 ET 8 OCTOBRE 2008 E.C.

« Au nom de Dieu, Clément et Miséricordieux »

Le Comité Exécutif de l’Union Parlementaire des Etats Membres de l’OCI, réuni en sa 19ème Réunion à Niamey les 6 et 7 Shawal 1429 H (7 et 8 Octobre 2008), sous la Présidence de S.E.M. MAHAMANE OUSMANE, Président de l’Assemblée Nationale de la République du Niger, Président de la 11ème Session du Conseil de l’UPCI, Président d’office de la 19ème Réunion du Comité Exécutif ;
 
 Exprimant ses remerciements au Président, au peuple et au gouvernement du pays frère du Niger pour leur chaleureux accueil et généreuse hospitalité d’une part et pour avoir su créer une atmosphère propice à l’examen de la réalité actuelle de l’Oummah Islamique et des défis du nouveau millénaire et du développement mondial d’autre part ;
 
il a conclu ce qui suit :
 
1.       Déplore les agressions culturelles dont sont victimes les sociétés islamiques et exhorte la Communauté Internationale à conclure, le plus tôt possible, une charte internationale contraignante, interdisant tout affront à l’encontre des croyances, des valeurs et des principes religieux, appelle les gouvernements et les parlements des pays membres à poursuivre des efforts en vue de l’adoption par les Nations Unies d’une Résolution interdisant toute atteinte aux religions divines et aux symboles religieux ;
 
2.       Exprime sa profonde préoccupation sur la division persistante du peuple palestinien et appelle toutes les factions à engager un dialogue fraternel en vue de serrer les rangs et d’unifier leurs positions pour faire face à l’ennemi réel (Israël) et garantir le choix du peuple palestinien et son droit inaliénable à établir son Etat indépendant avec comme capitale Al-Qods Al Sharif, tout en soulignant le droit des expatriés, déplacés et réfugiés palestiniens au retour dans leur pays ;

 
1.            Condamne les tentatives de judaïser Al-Aqsa et les lieux saints musulmans et chrétiens à Al-Qods ainsi que les fouilles et les tunnels effectués au–dessous ;
 
4.       Condamne également la construction du Mur de Séparation entre Israël et les territoires palestiniens qui, outre son caractère insupportable, comporte l’inconvénient de compliquer la recherche des solutions aux questions des frontières entre les deux Etats sur la base des résolutions pertinentes de l’ONU ;
 
5.                  Exhorte la Communauté Internationale, le Conseil des Droits de l’Homme, le Comité des Droits de l’Homme relevant de l’Union Interparlementaire ainsi que toutes les Instances concernées à agir pour qu’Israël libère le plus tôt possible les prisonniers de guerre palestiniens et les membres du Conseil Législatif Palestinien dont son Président, le Docteur Aziz Al Doweik, enlevés et détenus ; et condamne la sélectivité et la politique de deux poids, deux mesures de la Communauté Internationale vis-à-vis des dossiers des droits de l’Homme ; cela met en garde les Etats islamiques contre les périls du blocus imposé au peuple palestinien à Gaza qui semble être comme une punition collective et un crime à l’encontre de l’humanité. Appelle en outre les Etats membres de l’OCI à déployer, des efforts en vue de lever ce blocus injuste.
 
6.       Apporte son soutien au peuple irakien frère dans son noble combat pour la reconquête de sa souveraineté et appelle au départ rapide des troupes étrangères de ce pays sur la base d’un calendrier précis et du respect de la légalité internationale et des principes et dispositions du Droit International ;
 
7.       Stigmatise et condamne une fois de plus l’occupation israélienne continue du Golan syrien, des fermes libanaises de Sheb’a et du reste des territoires occupés libanais ;
 
8.       Salue l’élection du Président libanais Michel SULEIMANE et la mise en place d’un gouvernement d’union nationale fonctionnel et se félicite de la reprise du dialogue politique entre le Liban et la Syrie et encourage les deux Etats à persévérer dans cette voie ;
 
9.       Exprime ses vives préoccupations face aux velléités de poursuite devant la Cour Pénale Internationale du Président soudanais Omar El Béchir mettant toute chose de nature à remettre en cause les tentatives de la Communauté internationale dans la recherche d’une paix durable dans la sous région ;
 
10.     Soutient et encourage l’Union Africaine pour son rôle et son implication dans la recherche de la paix au Darfour et exhorte l’Organisation des Nations Unies à honorer ses engagements en apportant aux forces de l’opération hybride déployées sur le terrain l’appui technique, technologique et logistique nécessaire à l’accomplissement de leur mission ;
 
11.                S’inquiète de la persistance de l’instabilité et de l’insécurité en Somalie et lance un appel pressant aux différents protagonistes pour la recherche d’une paix durable dans ce pays meurtri, et attire l’attention sur la famine qui menace le peuple somalien et conformément à l’esprit de solidarité, appelle les Etats membre de l’OCI à apporter leur aide humanitaires aux femmes et enfants dans ce pays.
 
12.                Condamne le terrorisme sous toutes ses formes qu’il soit commis par les individus ou groupes ou états comme étant pratiqué par Israël contre le peuple palestinien dans sa lutte légitime pour sa libération ;
 
13.     Réaffirme le droit inaliénable des Etats à accéder à la technologie nucléaire pacifique conformément aux dispositions de la convention sur la Non Prolifération des Armes Nucléaires et au protocole d’inspection y relatif ;
 
14.         Exprime sa vive inquiétude face aux pressions exercées sur la République Islamique d’Iran visant à la priver du bénéfice de l’usage pacifique de l’énergie nucléaire et condamne la politique de l’indifférence face à l’arsenal nucléaire israélien et les menaces directes qu’il constitue pour la sécurité de la région.
 
15.         Rejette toutes sanctions, qu’elles soient unilatérales ou plurilatérales, imposées à tout pays musulman sous des prétextes et excuses d’être en contradiction avec les principes des   droits de l’Homme ou les droits des Etats.
16.     Salue et encourage la reprise des négociations entre les Chypriotes Turques et Grecques et réitère les résolutions précédentes de la Conférence Islamique et de l’UPCI sur la question chypriote ; et appelle à la levée du blocus économique et l’isolement imposés aux Turques du Nord du Chypre.
 
17.     Réaffirme la conviction des Etats de l’Oummah islamique que seul le dialogue inter-civilisationnel, interculturel et inter-religieux est à même de garantir la paix, la stabilité et la compréhension entre les peuples ;
 
18.     Exhorte les Etats membres à l’unité, à la solidarité et à la fraternité en vue de faire face aux défis de la mondialisation, en créant un mécanisme pour atteindre les objectifs recherchés ;
 
19.         Apporte son soutien sans réserve aux minorités musulmanes dans les pays non islamiques pour qu’elles puissent jouir des droits et libertés fondamentaux dans leurs sociétés et exhorte les Etats non-islamiques à garantir les droits religieux, politiques, civiques, économiques, sociaux et culturels de ces minorités ;
 
20.         Met en garde contre le danger de la crise financière internationale et ses impacts sur l’économie des Etats islamiques, et appelle à l’adoption d’un système bancaire fondé sur les principes islamiques ;
 
21.     Appelle les Etats membres de l’Oummah islamique à promouvoir entre eux une coopération multiforme, notamment à travers la mise en place :
 
-        d’un système d’allègement ou d’annulation des dettes des Etats islamiques économiquement démunis, par les Etats islamiques riches ;
-        d’un système solidaire visant à alléger la facture des importations pétrolières des pays musulmans qui n’en sont pas producteurs ;
 
22.         Soutient le gouvernement nigérien dans sa lutte contre l’insécurité qui sévit dans la partie septentrionale du pays et demande aux Etats membres de les soutenir dans cet effort;

 
23.     Demande aux Etats membres de soutenir le Niger dans ses efforts de promotion du développement durable et de la lutte contre la pauvreté ;
 
24.     Condamne sans réserve la prise du pouvoir par la force en Mauritanie, exige la libération, sans condition, de toutes les personnalités arrêtées, en particulier le Président Sidi Mohamed Ould Cheik Abdallahi et lance un appel pressant pour la restauration de l’ordre constitutionnel intégral avec le rétablissement du Président démocratiquement élu.
 
25.     Appelle les Etats islamiques à consolider la solidarité, la coopération et la coordination dans les Fora internationaux, et dans ce cadre, les exhorter à soutenir la candidature de la Turquie à l’adhésion au Conseil de Sécurité des Nations Unies.