Président du Parlement iranien S E Dr Ali Larijani à la «UPCI»:

- Palestine et Lutte contre le sionisme, causes les plus importantes
- Nous rejetons les stéréotypes importés pour le développement économique
- les Musulmans font face aux défis
-  Palestine, Cause la plus importante

UPCI Bulletin No.14 Hiver 2014

001Son Excellence le Président du Parlement islamique de la République islamique d’Iran M. Ali Larijani a affirmé que la cause la plus importante dans le monde islamique c’est la Palestine et la lutte contre le régime sioniste. Il a précisé que les musulmans font face à plusieurs défis dans les différents domaines politiques, culturels, sociaux et économiques. Dans son entretien avec l’« UPCI » Son Excellence a souligné que “la coopération islamique” est une valeur islamique noble, préconisée par notre Saint Coran. Dans son interview, Son Excellence a également abordé le concept de la diplomatie parlementaire, le rôle des parlements dans la vie contemporaine, le développement économique, la lutte contre les catastrophes naturelles, l’islamophobie, et les relations culturelles et économiques avec les pays occidentaux.

Voici quelques points importants de l’interview:

UPCI: Comment évaluez-vous la performance de l’Union pour faire avancer l’action parlementaire islamique commune?

Dr Larijani: en général, la performance de l’UPCI a été positive. Je tiens à souligner que, avant la création de l’Union, les parlements islamique n’avaient aucun lien organisationnel continu. Avec l’UPCI ce lien existe et il fonctionne très bien. Je suis d’avis que la tenue de différentes réunions régulières, est l’une des réalisations la plus positive de cette Union. Il favorise l’occasion de la tenue des réunions collectives et bilatérales des présidents de parlements et des délégations parlementaires.
La cause la plus importante dans le monde islamique est celle de la Palestine et la lutte contre le régime sioniste. A cet égard, l’UPCI a pris de bonnes initiatives telles que l’organisation de conférences extraordinaires au niveau des Présidents qui ont adopté d’importantes résolutions.
Je pense que cette Union fournira des opportunités pour l’action islamique commune dont nous devons nous servir à l’avenir.

UPCI: Le monde islamique est confronté à des défis dans de nombreux domaines. A votre avis, quels sont les défis les plus remarquables, et comment les musulmans peuvent y faire face et les résoudre ?

Dr Larijani: nous, les musulmans, nous sommes confrontés à plusieurs défis dans le domaine politique, culturel, social et économique.
En ce qui concerne le domaine économique, les musulmans sont confrontés à la question des « stéréotypes nationaux» pour l’accès au développement, car il est possible d’utiliser des stéréotypes importés à cet égard et ce, en raison du fait qu’ils ne prennent pas en considération les spécificités économiques, sociales et culturelles de nos pays. Les défis majeurs dans ce domaine sont ceux de l’élimination de la pauvreté et la lutte contre la corruption. Deuxièmement - Dans le domaine socio - culturel, nous sommes confrontés au phénomène de l’islamophobie et les tentatives de propager des images irréalistes de l’Islam. Dans cette conjoncture, je tiens à souligner la nécessité de doubler les efforts des musulmans pour contrecarrer les actions négatives de certains musulmans qui donnent une image déformée de l’islam au monde. La cristallisation de nos idées dans le domaine culturel doit tenir compte de l’engagement total pour les valeurs et les principes islamiques nobles, accompagné de l’interaction retentissante avec les événements mondiaux, mais d’un point de vue islamique et humain.
Troisièmement, le défi le plus important auquel nous sommes confrontés dans le domaine politique, c’est la cause de la Palestine en tant que pierre angulaire et le pivot de notre préoccupation et de ne jamais s’en éloigner jusqu’à la réalisation de l’aspiration légitime du peuple palestinien. Dans ce contexte, il est à souligner que les parlements des pays musulmans et l’UPCI ont un rôle particulier à jouer.

UPCI: A votre avis, quelles sont les stratégies sur lesquelles la coopération économique entre les membres peuvent être échafaudées?

Dr Larijani: la coopération est un concept islamique noble que notre religion tolérante nous encourage à maintenir. Islam préconise la coopération en bonté et piété et éviter de se mettre du coté de l’agression, ce que certains musulmans égarés commettent. L’UPCI peut organiser des rencontres économiques avec un ordre du jour déterminé. Ensuite, elle peut transmettre les conclusions de ces réunions aux parlements pour examen et adoption de lois appropriées à ce sujet.
Comme je l’ai mentionné précédemment, la pauvreté, le sous-développement et la corruption de la bureaucratie sont parmi les défis les plus importants auxquels le monde islamique fait face. A cet égard, certains parlements musulmans ont pris de bonnes initiatives pour faire face à ces défis. D’autres parlements musulmans peuvent se servir de cette expérience en raison de la similitude relative qui existe entre les communautés islamiques.
En ce qui concerne les catastrophes naturelles, qui a , entre autre, un impact sur le développement économique, les pays islamiques doivent allouer des fonds, dans leurs budgets, à cet égard. Au cas où ces fonds n’ont pas été utilisés, ils peuvent être transférés au budget de l’année prochaine.

UPCI: quelle est la signification de la diplomatie parlementaire, et quel est le rôle des parlements en général?

Dr Larijani: la diplomatie parlementaire est devenue un enjeu important dans les relations internationales de notre monde contemporain. Elle joue un rôle complémentaire à d’autres aspects de la diplomatie.
Les Parlements sont les représentants de leurs peuples et ont des liens étroits avec eux. Les députés sont pleinement conscients des points de vue et des aspirations de ceux qu’ils représentent. D’autre part, les Parlements ont un lien juridique étroit avec les organes exécutifs de l’Etat. Ils adoptent des législations, surveillent la performance du gouvernement et responsabilisent les représentants du gouvernement. Les Parlements disposent d’outils qui leur permettent de présenter les points de vue et les aspirations des peuples aux gouvernements et les inciter à les prendre en considération lors de l’élaboration des politiques de direction du pays ; Voici une autre dimension de l’importance des Parlements. Contacts entre les Parlements signifie le contact entre les différentes peuples. L’UPCI peut jouer un rôle à cet égard en constituant des groupes de travail spécialisés, composés des Parlementaires pour maintenir le contact avec  eux dans différents domaines.

UPCI: Quel est votre point de vue sur l’islamophobie ?

Dr. Larijani: l’islamophobie est née de la haine semée par certains groupes dans le monde occidental qui croyaient que leurs intérêts sont incompatibles avec les intérêts des communautés musulmanes. Par conséquent, ces groupes hostiles se servent de toutes les occasions pour faire triompher leurs desseins contre l’islam et les musulmans. Il nous incombe d’engager une action culturelle de grande envergure afin d’éliminer l’extrémisme dans nos propres pays, parce que le comportement des fanatiques dans ces pays fournissent des prétextes à des groupes hostiles pour lancer des campagnes de haine contre l’islam et les musulmans.
D’autre part, il est possible à la fois de renforcer les relations culturelles et politiques avec les pays occidentaux pour démontrer les réalités à leurs citoyens et chercher à éliminer les pratiques perpétrées par des extrémistes. Par exemple, l’ UPCI peut convoquer des conférences conjointes qui réunissent des chercheurs impartiaux de l’Ouest et leurs homologues dans le monde islamique pour créer une atmosphère positive pour la coopération et la solidarité entre tous les êtres humains en vue d’enraciner la paix et la justice durable dans le monde.

UPCI: Comment évaluez-vous l’état de la mise en œuvre des résolutions et recommandations adoptées par les organes de l’UPCI ?

Dr Larijani: Pendant le processus de l’adoption des  résolutions et décisions, les membres de l’UPCI, en général, et le Secrétariat général en particulier, doivent prêter attention à la possibilité de la mise en œuvre de ces résolutions et décisions. En général, le travail d’équipe et la mise en œuvre de ces décisions, est la question la plus difficile partout dans le monde. Cependant, la question qui prévaut à la mise en œuvre des résolutions, c’est la création d’une atmosphère harmonieuse et propice entre les musulmans pour faciliter la mise en œuvre des résolutions. Nous devons également poursuivre leur mise en œuvre et communiquer  les résultats à tous les membres de l’UPCI, lors de leurs rencontres. En outre, les Membres doivent se rassurer, lors de l’adoption de résolutions, de sa faisabilité.