Obligation de la Ummah envers nos frères musulmans réfugiés

Obligation de la Ummah envers nos frères musulmans réfugiés

Par: Mohammad Al- Hassan Ahmed Mohammed Ibrahim

La cause des réfugiés musulmans Rohingya attire de plus en plus l'attention et exige le suivi du point de vue humanitaire et nécessite notre engagement en ce qui concerne la fraternité musulmane. Cette cause occupe une grande place dans le domaine des questions importantes discutées lors de la 13ème  Conférence de l'UPCI, tenue en Iran en janvier 2018, et a mis en lumière le problème des réfugiés rohingyas et des diverses violations auxquelles ils sont soumis, par les forces birmanes qui les ont forcés à fuir leurs maisons. La Conférence de l'UPCI a chargé le Secrétariat Général de l'UPCI d'envoyer une mission au Bangladesh afin de visiter les camps de réfugiés au Bangladesh, pays voisin, originaires de l'État de Rakhine, dans l'État du Myanmar.

En réponse à l'invitation du Secrétariat Général de l'UPCI, le Président de l'Assemblée législative nationale (Parlement soudanais) a chargé la délégation du Parlement de participer à la mission de l'UPCI en vue de visiter les camps de réfugiés Rohingya au Bangladesh, dans le but de faire le point et d’envisager la possibilité d'étendre l'aide humanitaire aux réfugiés.

La délégation soudanaise s'est jointe à d'autres délégations parlementaires ainsi qu'à la délégation du secrétariat Général de l'UPCI.

Après son arrivée au Bangladesh et sa rencontre avec le Président du Parlement bangladais et le Ministre des Affaires étrangères, la délégation de l'UPCI a été informée de l'évolution récente du dossier des réfugiés rohingyas, de leurs besoins et des efforts humanitaires et diplomatiques déployés par le Bangladesh à cet égard.

La délégation soudanaise a salué le rôle efficace et impressionnant joué par l'UPC dans le traitement de questions importantes et vitales pour la communauté, ainsi que dans le traitement des affaires communes des musulmans et de l'humanité tout entière. La délégation soudanaise a également salué la décision d'envoyer une mission de l'UPCI. Elle a également souligné le rôle du gouvernement et du peuple soudanais, ainsi que leur attention et leur soutien aux causes du monde islamique et des minorités musulmanes dans diverses régions du monde. Il a exprimé sa profonde gratitude pour le rôle croissant joué par le gouvernement et le peuple du Bangladesh qui ont accueilli nos frères, les réfugiés Rohingyas, et qui leur ont apporté une aide humanitaire. La délégation soudanaise a remercié le Parlement du Bangladesh et le Secrétariat Général de l'UPCI d'avoir organisé cette visite importante et d'avoir facilité la tâche des délégués participants.

            La délégation de l’UPCI a visité les camps de réfugiés Rohingyas dans la région de Cox’s Bazar. Elle a écouté les histoires détaillées sur les souffrances des réfugiés. Ces réfugiés ont lancé un appel à la délégation en visite pour qu'elle poursuive ses efforts auprès de la communauté internationale afin de garantir leur retour dans leurs foyers et dans la patrie de leurs ancêtres - un retour permanent, dans les meilleurs délais, dans la sécurité, la dignité et la préservation de leurs droits à la citoyenneté et identité.

La délégation a visité les camps comprenant des logements, des installations générales et des installations sanitaires. Elle a rencontré des travailleurs de différentes nationalités travaillant dans les camps et s'est familiarisé avec la situation misérable des réfugiés. La délégation a écouté les récits horrifiants des réfugiés sur la façon dont ils ont été forcés de quitter leur domicile, après avoir subi toutes sortes d'afflictions et de tortures perpétrées par les forces birmanes qui ont assassiné leurs parents et leurs fils et violé leurs femmes. Ils ont été forcés de quitter leurs maisons et s’enfuir vers le Bangladesh, après de longues marches et des souffrances sans aucun provisionnement et bien.

Notre délégation s'est rendue compte que les organisations locales et internationales offrent périodiquement des produits de première nécessité aux groupes de réfugiés en provenance de Birmanie. Ces besoins comprenaient une assistance médicale, de l'eau, de la nourriture, des couvertures et de tentes. Cependant, ceux-ci ne répondent pas aux besoins du grand nombre de réfugiés qui arrivent.

Au cours de la visite, la délégation de l'UPCI est arrivée à des détails importants, notamment:

  • Le nombre de réfugiés augmente continuellement. Ils ont besoin de grandes quantités de médicaments et de nourriture. Ils ont absolument besoin de protection, de soins médicaux, de moustiquaires et de couvertures.
  • Les camps sont situés sur des terres accidentées au climat tropical chaud. Toutes les installations ont été construites avec du matériel instable comme des bâtons de bambous. Les logements ne conviennent pas et ne résisteraient pas à des précipitations abondantes et continues.
  • Beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés. En outre, il n’y a pas d’enseignants qualifiés pour la plupart des matières scolaires.
  • Selon les informations disponibles, des habitants de villages entiers se dirigent vers les camps déjà surpeuplés. La situation financière des responsables de la gestion des camps est précaire en raison de l'interruption des contributions des États et des organisations de soutien, contrairement aux engagements pris l'année dernière, aucune assistance matérielle supplémentaire n'est arrivée.

La délégation soudanaise s’est mise d’accord avec d'autres délégations sur la nécessité d'une action imminente  de la part des Parlements membres de l'UPCI et de leurs gouvernements respectifs afin de persuader le gouvernement du Myanmar qu’il s’agit là, d’une question humanitaire  et que cela concerne les droits fondamentaux et non d'une question religieuse. Néanmoins, il s’avère clairement que cela est pris comme un «nettoyage ethnique», comme en témoignent les récits des réfugiés rohingyas. La pression doit être exercée sur le gouvernement birman. Il est urgent que l’on garantisse le retour des réfugiés rohingyas chez eux et en toute sécurité.

Nous concluons donc comme suit:

  • Partant des résolutions de la 13ème Conférence de l’UPCI, tenue à Téhéran, la délégation a condamné les assassinats, le déplacement forcé des habitants musulmans de Rohingya, ainsi que tous les autres actes sauvages commis contre les Rohingyas de manière systématique, ce qui  constitue une violation grave et flagrante du droit international et des traités et conventions internationaux relatifs aux droits de l'homme. Nous demandons à la communauté internationale de punir les auteurs de telles violations. Nous appelons le gouvernement du Myanmar à s'acquitter de ses responsabilités conformément au droit international et aux conventions relatives aux droits de l'homme, et à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin aux pratiques racistes contre les musulmans Rohingyas et aux tentatives d'oblitération de leur culture et de leur identité islamiques.
  • A travers l'UPCI, nous appelons, les gouvernements des États des Parlements membres à poursuivre leurs efforts auprès de la communauté internationale et des Nations unies afin de garantir le retour définitif de tous les Rohingyas musulmans déplacés, vers leur territoire, en toute sécurité et en dignité et qu’ils puissent  bénéficier  de tous les droits de la citoyenneté et, de les indemniser de toutes les pertes matérielles et morales qu’ils ont subies, tout en leur fournissant les moyens d’une vie décente.
  • Nous appelons tous les États membres de l'OCI, les agences des Nations Unies concernées, les organisations bénévoles et tous les philanthropes à honorer leurs engagements et à s'acquitter de leur devoir de diligenter l'aide humanitaire d'urgence aux camps de réfugiés des Rohingyas afin de mettre un terme à leurs souffrances et d'alléger le fardeau qui pèse sur le Bangladesh.

Afin de réaliser les objectifs de la visite et ses intentions sublimes à savoir : faire connaitre le calvaire de nos frères les Rohingyas et la possibilité de leur apporter une assistance humanitaire, la délégation soudanaise a établi, à son retour, un rapport détaillé sur le visite et les besoins des réfugiés. La délégation a soumis le rapport aux dirigeants et aux membres du Parlement soudanais.

En outre, tous les médias, ainsi que les organismes humanitaires et juridiques concernés par la cause des Rohingyas, seront invités à un atelier afin de discuter des modalités de l’assistance aux réfugiés rohingyas.