CNP informe les Organisation Parlementaires de la Situation des Prisonniers

CNP informe les Organisation Parlementaires de la Situation des Prisonniers

Le Conseil National Palestinien informe les organisations parlementaires internationales de la situation des prisonniers dans les prisons de l'occupation.

Dans sa lettre adressée au Président et au Secrétaire Général de l'UPCI, à l'occasion de la Journée des prisonniers palestiniens, le Président du Conseil National Palestinien, S.E. M. Salim Al-Za'noun souligne que la politique de détention quotidienne menée par l'occupation israélienne contre des Palestiniens, aussi leur transfert, hors des frontières de leur pays occupé, est un crime de guerre et une violation flagrante des dispositions de la Quatrième Convention de Genève.

M. Al-Za'noun a également souligné la nécessité de libérer les prisonniers et détenus palestiniens et a appelé la Knesset israélienne à abroger sa législation raciste violant les règles et les dispositions des conventions internationales.

Vous trouverez, ci-dessous, la traduction de la lettre de M. Al Za’noun :

Conseil National Palestinien

Le Bureau du Président, 14 Avril 2019

S.E. M. Cheikh Mouhamed Khouraichi Niass

Secrétaire Général de l'UPCI

Objet : Prisonniers palestiniens détenues dans les prisons israéliennes

Le peuple palestinien commémore chaque année le 17 avril le « Jour du prisonnier palestinien » adopté, par le Conseil national de la Palestine en reconnaissance des sacrifices consentis par les prisonniers et détenus dans les prisons de l'occupation et en soutien à leur fermeté.

Le Conseil National a souligné que, depuis 1967, l'occupation israélienne a arrêté environ un million de Palestiniens de toutes les catégories et de tous les segments de la société. Près de (6 000) Palestiniens se trouvent encore dans leurs prisons, répartis entre (23) prisons et centres de détention, (47) femmes détenues, (250) enfants, (430) détenus administratifs et environ (1 800) détenus souffrant de maladies diverses suite à la torture, à de piètres soins de santé et à une négligence médicale délibérée.

Le Conseil national palestinien a expliqué que la grande majorité des prisonniers étaient soumis à une ou plusieurs formes de torture physique et psychologique et de traitements cruels et inhumains, contrairement aux dispositions des articles (83-96) de la quatrième Convention de Genève de 1949 et constituaient violation des articles 3 et 31 de la même Convention et une violation de la Convention de 1984 contre la torture, entraînant la mort de (218) prisonniers martyrs depuis 1967.

Compte tenu de ce qui précède, le Conseil tient à informer les points suivants :

Les prisonniers et les Palestiniens détenus sont des prisonniers de guerre et des combattants de la liberté. Ils doivent être libérés immédiatement. Israël doit indemniser les familles palestiniennes pour le terrorisme organisé qu’il pratique contre eux, en particulier les prisonniers et les détenus entre eux.

Les États du monde sont invités à assumer leurs responsabilités vis-à-vis des prisonniers palestiniens et à répondre aux campagnes d'incitation à la haine et de sanctions méthodiques que l'occupation met en œuvre à leur encontre, dont la dernière a été le piratage des paiements effectués par le gouvernement palestinien aux familles des prisonniers et des martyres qui fait partie des recettes fiscales, qu’Israël perçoit au nom du gouvernement palestinien.

Obliger l'occupation israélienne à respecter les règles et les conventions du droit international humanitaire garantissant la protection des droits des prisonniers, en particulier les dispositions de troisième et quatrième conventions de Genève de 1949, qui sont contraignantes pour Israël et doivent s'appliquer aux prisonniers palestiniens, considérés comme des prisonniers de guerre.

Obliger Israël, puissance occupante, à respecter les articles 90 et 91 de la Convention de Genève, afin de garantir le droit du prisonnier palestinien de recevoir le traitement médical et de recevoir des soins de santé adéquats.

Loi sur la lutte contre le terrorisme, Loi sur la nutrition forcée, qui est une forme de torture et de traitements inhumains dégradant, Projet de loi sur la condamnation de Palestiniens sans soupçon, Loi sur l'exécution de prisonniers, Loi interdisant aux services de renseignement de documenter l'interrogatoire de détenus palestiniens, Loi sur l'inspection physique sans suspicion, Loi sur le procès des enfants de moins de 14 ans.

Salim Al – Za’anoun

Président du Conseil National Palestinien